– Himesama, les coulisses d’une marque de vêtements indépendante –

Bonjour! Ici Sabrina Kaufmann, illustratrice derrière la marque Himesama Clothing, créée en collaboration avec le graphisme Loïc Artieri. Aujourd’hui, je t’emmène derrière les coulisses de notre première grosse collection, “Maidens of the Zodiac” – pour te permettre de voir toutes les réflexions, les idées, les échecs aussi, qui ont mené à ce lancement. Si toi aussi tu as envie d’illustrer une collection, même si ce n’est qu’à petite échelle sur Redbubble ou autre – cet article est pour toi!

Tu peux suivre tout le processus dans cette vidéo, ou bien lire tranquillement dans les paragraphes qui suivent ♥
Allez, c’est parti!

a propos du projet

Pour situer le projet, est une marque de vêtements casual lolita et fans du Japon, avec une touche plus élégante et féminine. En collaboration avec le graphiste Loïc Artieri qui a proposé l’idée initiale, on débute vraiment petit avec un assortiment de vêtements et accessoires limités et la boutique himesama.fr a été ouverte il y a tout juste deux mois, mais on est motivés pour la développer !

Pour le lancement, on a repris ma série Queen qui avait déjà été présentée à mon public, et maintenant, on continue avec une nouvelle collection exclusive et inédite… il s’agit de 12 illustrations sur le thème du zodiac ! 

Souvent, il ne faut pas grand-chose pour débuter un projet.
Deux personnes motivées, une idée, et c’est le début 😉

premiere collection ratée

L’idée d’illustrations sur l’horoscope m’est venue, car je voulais une série qui puisse parler à chacun, que les gens auront envie de porter, et c’est un thème que je n’avais jamais illustré mais qui me tentait. A savoir que Loïc est super cool et me laisse carte blanche, je propose toutes les idées qui me passent par la tête et on voit ensemble si c’est une intéressant ou non.

Je n’ai jamais dessiné de collection de vêtements, pour tout avouer, j’étais un peu paumée au début. Dans notre description initiale de Himesama, on disait s’adresser aux lolitas et passionnés de culture japonaise, et vu qu’on n’a malheureusement pas encore la possibilité d’imprimer sur des vêtements plus élaborés, j’ai eu du mal à situer le style de dessin que je voulais utiliser, en plus du fait que je suis une illustratrice traditionnelle de base, mais que c’est plus facile pour Loïc de créer des graphismes bien propres avec du digital.

La collection initiale a été pensée avec des personnages en corps entier. J’étais ambitieuse, je voulais créer pour chaque signe une version féminine ET une version masculine, avec des vêtements qui représentent le signe spécifique.

Je brainstorme toujours mes idées en brouillons crayon de papier sur un bloc, et au final je n’étais pas convaincue du tout. Représenter certains signes grâce à des vêtements n’est pas forcément aisé, je me suis retrouvée par exemple avec les lions en mode plus sauvage et safari, voire les scorpions en mode rock et dangereux, mais je me disais genre, je n’imagine pas les gens s’identifier à ça, il y a un côté trop stéréotypé, et on s’est totalement détourné du côté lolita qui est quand même vers où nous voulons développer notre marque.

Pareil pour les versions masculines, c’était une fausse bonne idée, et je ne me sens pas à l’aise pour créer des designs de vêtements bien représentatifs. Par exemple, pour la Vierge, j’associais une image blanche et pure. Version féminine, c’était bon avec une robe plus ample, plus romantique avec des fleurs. Mais la version masculine ? Une chemise et un pantalon blanc pour représenter la pureté ? C’est tellement pas spectaculaire !

la balance, le premier motif finalisé

Parallèlement, je voulais trouver un style de coloration digital qui faciliterait les graphismes à Loïc, et nous permettrait d’avoir des vêtements d’une autre couleur qu’uniquement du blanc – chose impossible jusqu’ici vu que mes illustrations traditionnelles scannées ne se laissent pas détourer proprement à 100%.

J’ai testé une illus de mon côté, ça a foiré, le digital n’est pas ma tasse de thé, Loïc m’a envoyé quelques exemples de colorations relativement simples, mais ça me donne l’idée de partir sur des aplats tout bêtes, et de tout miser les détails et la beauté des illustrations sur mon point fort, l’encrage.

Et là, c’était vraiment sur un coup de tête, quand j’ai une idée en tête il faut à tout prix que j’essaye directement, sans préparatifs ni rien – j’ai décidé de prendre la balance comme premier exemple, juste avec une gothic lolita façon portrait, et des accessoires rappelant le signe. Pas envie de faire de crayonné ni de recherches au propre, j’étais trop impatiente, et j’ai directement tout esquissé à la tablette, suivi de l’encrage, et d’une colo très simple avec juste des aplats.

C’était une journée intensive, mais quand je suis en route, je ne supporte pas de m’arrêter jusqu’à avoir le résultat final… et voilà ci-contre!

J’ai directement envoyé l’illustration et le PSD à Loïc qui a validé l’idée. Au prochain mail, c’était lui qui envoyait des propositions de graphisme. Et je trouve ça hyper chouette parce que des deux côtés, on se donne à chacun des libertés pour créer selon notre envie. Recevoir les graphismes de Loïc pour de nouveaux projets, c’est toujours un peu l’anticipation avant d’ouvrir un cadeau, genre qu’est-ce qu’il m’a préparé cette fois-ci ? Pour la première mise en page, où on était tous les deux d’accord que ça faisait plutôt ancienne affiche de cinéma plutôt que motif de vêtement. Du coup, on est partis sur la seconde idée qui était un gros coup de cœur!

Loïc a changé les couleurs pour partir sur des tons plus pastels, on a les kanjis de notre marque Himesama parfaitement intégrés sur le côté, et le signe noté sur le bas, avec un cercle qui fait bien ressortir le personnage. Sérieux, je sais que c’est mon dessin mais j’adore ! C’est vraiment dingue de voir comment un bon graphiste peut mettre les choses en valeur, et je suis super contente de travailler ensemble sur ce projet, parce qu’on a des univers qui se marient bien au final.

Bref – le premier motif étant défini, graphismé et validé, le vrai travail sur la collection a pu commencer!

maidens of the zodiac – les délais

En partant de la balance comme modèle, je me suis mise aux crayonnés. L’important était donc toujours d’avoir un personnage axé style lolita en buste, avec des éléments reconnaissables pour le signe, et un moyen de placer un cercle en arrière-plan et le nom latin sur la partie du bas.

La balance ayant été définie fin juillet / début août, on a d’abord commencé les discussions pour les dates et pour les prochaines collections en général, dans le but d’avoir chaque mois des nouveautés dans la boutique, et d’un point de vue stratégique, cette grosse collection disponible pour avant Noël, quand chacun recherche des cadeaux. En rétroplanning, pour que les produits soient livrés avant le 24 décembre, avec le temps de fabrication et potentiels délais de livraison, toute la collection devait être prête un grand minimum un mois à l’avance.

On a donc décidé d’annoncer la collection dès la première semaine de septembre, donc elle vient vraiment juste d’être lancée. La première idée était de dévoiler un nouveau visuel chaque semaine, pour créer un petit rendez-vous régulier avec nos abonnés sur Insta, et aussi pour me permettre de souffler un peu au cas où il y aurait des imprévus de mon côté. Au final, et vu mon avancée, on a finalement décidé de lancer en même temps les six premiers signes en septembre, et les six autres petit à petit, au fur et à mesure qu’ils seraient créés en cours de mois.

Le rétroplanning était très important pour moi pour gérer mon emploi du temps. Vu le très court délai d’un mois, cette collection était le projet non-négociable du mois, à caller aussi bien que possible entre mes autres activités. On ne va pas se mentir, vu que Himesama est très récent, on en est encore à un stade où on a plus de dépenses que de bénéfices, et je continue de bosser sur des commandes et coachings pour préserver un revenu stable. Mais je pense parler pour Loïc aussi, on a vraiment envie de faire quelque chose de chouette avec ce projet, donc on s’y investit autant que le temps nous le permet.

Dans un monde idéal, j’avais prévu de terminer absolument toutes les illustrations d’ici le 31 août. Dans la vie réelle, j’ai terminé toutes les recherches d’idées le 19 août. Je me suis rendu compte que j’étais limitée à un dessin par jour parce que forcer sur ma main avec les petits traits hyper détaillés à l’encrage digital avait tendance à refaire venir ma tendinite. Et il y avait des jours où j’étais stressée et démotivée après mes autres travaux clients. Bienvenue dans la vie d’artiste !

maidens of the zodiac – le processus créatif

Pour être plus efficace, j’essaye toujours de travailler à la chaîne, parce que j’avance mieux et que j’ai les idées plus claires une fois que je suis dans le bain et que je fais des tâches répétitives. C’est surtout important quand j’ai besoin de plus de concentration, notamment à la première étape des recherches d’idées. En gros, je me posais avec mon bloc et un crayon, parce que je réfléchis toujours beaucoup mieux en traditionnel, et j’essayais de définir les différents designs, les poses, les détails, dans un layout similaire graphiquement à notre premier modèle, la balance.

Même si cette étape ne ressemble pas à grand-chose, c’est vraiment la plus importante parce qu’elle sert de base qui déterminera tout ton dessin après. Donc j’essaye toujours de voir où seront placés les détails importants, quels mouvements fera mon illustration finale, par exemple pour la direction des cheveux ou des accessoires si ça doit être dynamique, etc. Comme toujours, il y a des concepts qui m’inspirent directement et où j’ai une idée tout de suite, qu’il faut juste retranscrire de ma tête au papier. Pour d’autres, le processus dure plus longtemps, je dois tester plusieurs variations de poses, de coiffures et accessoires, … J’ai déterminé les idées sur trois jours, à environ une semaine d’écart chaque session, histoire de laisser reposer ma tête pour les motifs où je n’étais pas encore trop sûre.

Une fois que je suis fixée sur une idée, je la reprends au crayonné au propre. A cette étape, j’ajuste les proportions, ajoute des détails supplémentaires, pour avoir mon illustration définitive. Ensuite, je scanne en 600dpi et agrandis sur un format A4. A savoir que parfois, quand j’aimais vraiment les brouillons et que j’étais convaincue du mouvement, des détails et tout, je les reprenais directement pour ajuster le crayonné par-dessus.

Ensuite, c’est encrage et coloration,
tous deux réalisés d’une traite.

En général, une illustration doit me prendre entre 4-5 heures, et après j’ai besoin de reposer ma main pour le reste de la journée. J’ai aussi tendance à avoir des maux de tête et des crises d’angoisse quand je suis trop longtemps sur écran plusieurs jours de suite, donc j’essaye de prendre plus soin de ma santé. Bon, ça ne fonctionne pas toujours parce que j’ai envie de bosser à fond quand j’aime mes projets, et j’ai tendance à toujours dépasser mes limites. Les 10 derniers jours en août où j’avais terminé toutes mes obligations et où j’étais libre comme l’air, j’ai beaucoup forcé pour un total de 7 illustrations.

Dès qu’une illustration était terminée, je l’envoyais à Loïc pour qu’il puisse s’avancer sur les graphismes, et à un moment nous avons eu de petits soucis. Si le rendu était top pour la balance, Loïc trouvait que les textes cachaient trop mon image, et que le cercle ne fonctionnait pas forcément pour les autres motifs. Du coup, il a fait plusieurs propositions, mais honnêtement, à un moment j’avais tellement vu mes créations que je n’arrivais plus à distinguer ce qui était bon ou pas. C’est là que je demande aussi beaucoup de feedback à des proches qui auront un œil externe de consommateur, et ça aide énormément. Au final, on a décidé de partir sur le layout initial, mais en adaptant les couleurs selon l’illustration.

Donc voilà, même si mon but était de tous les terminer d’ici le 31 août n’a pas été atteint, le fait d’avoir déjà créé plus de la moitié, pour une collection qui meublera tout le dernier trimestre de l’année, m’a donné plus de marge pour finir les autres de façon plus tranquille. Mais comme je me connaissais, j’ai totalement forcé la première semaine de septembre pour tout finir, parce que j’adore me lancer des défis ridicules de productivité juste pour le fun. Au moment où je poste cet article, je suis K.O, je ne prévois pas de nouvelle illustration au moins pour les trois prochains mois, et je laisse Loïc s’occuper de la finalisation.

Autant j’ai des phases où je suis motivée pour tout donner en dessinant, ce qui était le cas pour cette collection, autant je m’essouffle rapidement et j’ai besoin de me retirer après derrière les coulisses et me remettre en mode plus carré business. Pour le prochain trimestre, je pense plutôt revoir notre stratégie Instagram et communication et surtout, avec la reprise des conventions, modifier petit à petit mon stand pour présenter les produits en direct. Il y a tellement à faire quand on lance un tel projet, et c’est vraiment quelque chose qui me fascine avec toutes les possibilités qui sont innombrables ! Et mine de rien, comme tu peux le voir, au final le plus gros du projet était dans la planification et la recherche d’idée, et le dessin en soi était presque un accessoire – et pourtant, c’est ce que les gens retiennent au final 🙂

Himesama.fr

Tu as envie de découvrir nos produits? Himesama.fr imprime sur demande et s’ouvre également à l’international avec la version anglaise, ainsi qu’une livraison partout au monde! Nous souhaitons développer la marque petit à petit et agrandir notre catalogue, en espérant offrir des vêtements qui donnent de la confiance et de la joie à ceux qui les portent ♥

♥ Tu veux aller plus loin?

Rejoins la communauté! Inscris ton nom + adresse et on se retrouve chaque 2ème mardi dans ta boîte mails pour être tenu(e) au courant des news et obtenir plein de conseils utiles pour te soutenir dans ton parcours créatif!

.

Mangafy – Management pour Mangaka

- Interface créative pour Mangaka - Des outils utiles pour créer un manga en équipe, et une communauté créative pour trouver des collaborateurs et développer tes récits – voilà la promesse de...

Edition & Illustration de livres

- A propos de Kiwi E.L.G Kiwi E.L.G. est une maison d’édition de manga, bandes dessinées, romans graphiques et livres illustrés, surtout destinés à la jeunesse (de 3 à 15 ans). Basée au Luxembourg,...

Interview – The Last Kamit

- The Last Kamit, afro manga - As-tu déjà entendu parler "d'afro-manga"? C'est le concept qui dirige le projet manga The Last Kamit, autoédité mais déjà vendu en plus de 15.000 exemplaires!...

Interview – 1001 Vies

- 1001 vies, jeu vidéo indépendant par Bimi cerika - Bimi Cerika s'est lancé le défi de réaliser un jeu vidéo mêlant visual novel, RPG et développement personnel, le tout avec des visuels inspirés...

Interview – Belizabeth Guerrero

- Belizabeth, Illustratrice & conteuse - Après quelques mois de pause, je suis super heureuse d'annoncer la reprise des interviews d'artistes, avec l'adorable illustratrice et conteuse espagnole...

Guide de l'(auto)édition

Tu as envie de publier ton propre manga ou ta BD?Dans ce guide, tu trouveras des infos utiles sur :   Les avantages et inconvénients des grands éditeurs, des petites maisons, de...

Conventions, festivals & cie – Où vendre ses produits?

- Où vendre tes produits en direct? - Après plus d’un an d’arrêt face au covid, les festivals et conventions reprennent enfin petit à petit ! Je suis trop hype, parce que les festivals peuvent être...

Interview – Nowaki

- Nowaki, illustratrice & mangaka française - Nowaki est une illustratrice et mangaka de Vendée, qui possède également son propre atelier de dessin - l'Atelier Drawaki - où elle enseigne l'art...

Interview – Loiki Nihon & Shaos

- Loiki Nihon, auteur & Shaos, artiste manga - Nos invités d'aujourd'hui sont un duo de mangaka de Paris: Loiki Nihon, scénariste, et Shaos, illustrateur, qui ont publié leur manga O.S.E avec...

Matériel d’aquarelle pour débutants

Tu t'intéresses à l'aquarelle mais tu ne sais pas trop par où commencer?Hiromi-Hana sait à quel point on peut être submergé par tout le matériel en magasin d'art,et elle te donne ses bons conseils...